Archives pour la catégorie Non Classé

Billet 10 – Quels sont les défis de mon évaluation dans les médias sociaux?

Dans ce billet je vais vous présentez la situation particulière de mon entreprise, ce que je tente d’évaluer dans les médias sociaux, quels sont les défis et les succès et comment je pourrais améliorer mes stratégies d’évaluation?

Encore une fois l’entreprise pour laquelle je travaille ne possède pas une très grande présence sociale, nous évoluons dans un marché B2B et mon patron n’est pas très facile à convaincre. Par contre, après six mois de débats avec le fil du fondateur de l’entreprise où je travaille nous avons fini par avoir une page entreprise LinkedIn qui est en ligne depuis seulement 2 semaines et qui possède un nombre faramineux de 5 abonnés, dont un qui semble très louche, soit je m’accorde le droit d’affirmer que ce cinquième abonné qui n’a aucun contact, aucune photo et une très courte description est surement un compétiteur, que je devrais supprimer sous peu, lorsque j’aurais un peu plus d’abonnés. Sois vous pouvez comprendre que les questions que je me pose en ce moment sont comment je vais faire pour promouvoir cette page assis dans mon bureau, puisque mon boss croit que sur LinkedIn nous ne devrions avoir seulement que des futurs nouveaux clients qui nous suivent et que ce n’est vraiment pas une bonne affaire de faire la promotion de cette page auprès de nos clients actuels (sois on ne peut pas faire la promotion de notre page dans nos signatures de courriels, sur nos cartes d’affaires, en envoyant un courriel à tous nos clients actuels, en investissant le moins d’argent possible et etc…). Sois je crois être confrontés déjà à un défi que plusieurs travailleurs des médias sociaux vivent, la méconnaissance de ses supérieurs envers une utilisation adéquate et optimale des médias sociaux qui peut résulter en des demandes irréalistes, à son gestionnaire des médias sociaux, soit en exemple créer une communauté sans se donner les outils pour arriver à créer sa communauté…

Un autre problématique auquel je crois que je serai confrontée avec le temps, et soit avec une utilisation plus grande des médias sociaux sera de choisir les bons outils pour m’aider à évaluer les résultats des activités que j’effectue dans les médias sociaux.  Actuellement, je dois vous avouer douter de la fiabilité de plusieurs outils qui sont offerts présentement sur le marché, sois l’un des problèmes que je constate est le large choix d’outils payants et gratuits, qui nous permettent d’évaluer notre présence sociale qui n’offrent pas toujours un service optimal. Sois l’un à des caractéristiques que l’autre ne possède pas et la solution sera de posséder plusieurs outils pour nous permettre d’arriver à des conclusions précises. La problématique de devoir se procurer plusieurs outils pour nous aider dans notre analyse est tout d’abord celle du coût, ce n’est plus 60$ par mois, mais un 20$/mois pour l’un, un 100$/mois pour l’autre pour en arriver à des coûts faramineux à chaque mois! Ce qui amène à se poser la question les médias sociaux sont-ils accessibles à tous ?

Aussi, un autre aspect que je crois qu’un analyste doit être confronté est la fiabilité des données qui sont fournis par ces logiciels. En exemple, Social Mention est une compagnie qui me fut référé par trois professeurs différents, de deux différentes écoles, lorsque je cherche une petite compagnie dans Social Mention qui possède quand même une bonne présence social (en exemple le restaurant Chambar avec plus de 4000 abonnés dans son compte Twitter, un restaurant qui attribut sa réussite en partie à sa présence sociale sur Twitter), je suis incapable de trouver de l’information sur l’entreprise et ce n’est pas la première fois que je vis cette problématique…Je me suis rendue compte que cette outils donne un aperçu, qui selon moi n’est pas vraiment fiable, sur la présence 2.0 de l’entreprise. Ce qui m’amène à me poser comme question, comment pouvons-nous nous assurer que les données qui nous sont fournis sont vraiment fiables? En utilisant plusieurs outils et en comparant les données reçues d’outils à l’autre pour s’assurer d’une constante dans nos données ? Il est beau de dire qu’on peut s’assurer d’obtenir des données véridiques en utilisant plusieurs outils, mais encore une fois nous sommes confrontés à une problématique de coûts et comment convaincre son patron d’investir dans ces outils ?

Pour conclure, il est vrai que l’industrie des nouveaux médias est une nouvelle industrie que nous découvrons depuis peu, il est aussi vrai que cette industrie possède un grand potentiel et il est encore plus vrai qu’un des plus grand obstacle est la haute direction qui ne comprend l’importance de devoir tester et tester et encore tester pour arriver à avancer dans ce nouveau monde!

Billet 9 – Netvibes un outil de gestion des médias sociaux de type tableau de bord

Dans ce billet je vais vous parler d’un outil de gestion des médias sociaux de type tableau de bord du nom de Netvibes.
Net est un tableau de bord d’origine française, fondée par deux français du nom de Tariq Krim et Florent Frémon, qui fût lancé le 15 septembre 2005 par une startup basée à Paris et à Londres, aujourd’hui en 2013 l’entreprise est maintenant détenu par le groupe Dassault Systèmes. Il semblerait que la plateforme fut créée dans un but personnel par Tariq Krim qui cherchait une façon de lire tous ses blogues en même temps. Selon l’entreprise Feedburner, la plateforme en seulement une année serait devenue le troisième site, le plus important au monde, de lecture de flux RSS.
L’entreprise présente sa solution affaire pour l’entreprise comme une façon de tout retrouver dans un seul et même endroit. Fini les pertes de temps, fini les heures interminable de recherche dans une masse d’information qui n’en finit plus, avec Netvibes vous retrouvez l’information la plus pertinentes rapidement, ce qui vous permet de consacrer votre temps à d’autres tâches beaucoup plus utile pour votre compagnie.
Mais à quoi sert Netvibes ?
Netvibes est un tableau de bord qui présente un espace de travail, personnalisable et qui représente parfaitement le Web 2.0. Son espace de travail dynamique et consultable selon deux modes de visualisation soit en mode vertical ou horizontal. C’est un outil qui est utilisé par plusieurs marketers pour effectuer une veille stratégique, cette plateforme est très similaire à l’ancien agrégateur de Google, Google Reader.
Des apps intéressantes!
En 2012, Netvibes aurait créée un app (Facebook Search & Compare) pour permettre aux utilisateurs Netvibes seulement avec des comptes Premium, d’être en mesure d’accéder, de contrôler, d’analyser, de suivre, de comparer et de gérer leur présence sociale de plusieurs façons. Puisque un seul point de vue, selon Netvibes n’est jamais bon pour vraiment comprendre l’historique d’un événement. Avec cette application, il est possible de publier, répondre aux commentaires, chercher les conversations sur différents sujets et comparer différentes pages entreprises avec leurs concurrents.
Pour Twitter Netvibes offre la solution suivante, une nouvelle app en 2013 qui porte le nom de Twitter Search & Compare. La compagnie mentionne dans son blogue personnel qu’aujourd’hui plusieurs compagnies ont besoins de plusieurs comptes Twitter et Facebook, pour différentes lignes de produits et différents pays.
De plus, Netvibes affirme encore une fois qu’un seul point de vue n’est pas suffisant pour bien comprendre les performances de nos activités sociales. Avec cette nouvelle application l’utilisateur devrait être en mesure de surveiller et comparer les différents domaines d’activités, les tweets, comparer différentes données, repérer les tendances en temps réel, découvrir les principaux influenceurs, comprendre l’opinion publique, et découvrir les bons mots-clés.

Étape un avec un compte gratuit, on sélectionne je suis juste moi.

1

Étape deux, on écrit les mots clés de notre recherche.

3

Étape 3, ici on a décidé de prendre les mots-clés  Restaurant Montréal.

4

Étape 4 Netvibes nous amène dans un tableau de bord, qui nous montre les résultats de la recherche avec les mots-clés  Restaurant  Montréal. Ici on nous demande de choisir une image de fond qui s’agence avec les termes de recherche

5

Étape 5 Ici on voit le tableau de bord avec l’image choisi. Il y a deux sections dans Netvibes, celle sur l’actualité et l’autre sur les résultats de recherche dans Google, l’image ici-bas est sur les actualités concernant les mots clés Restaurant Montréal, dans cette section on peut voir les actualités dans Bing et Yahoo . Les blogues qui portent sur le sujet, les vidéos dans Youtube et malheureusement pour les résultats dans les plateformes sociales il faudrait avoir un compte payant.

7

 

Étape 6, Ici on voit les résultats dans Google lorsqu’on cherche le terme de recherche Restaurant Montréal. 

 

12

 

Écoutez la vidéo pour découvrir encore plus  Netvibes!
video

Billet 7 – Comme s’y prendre pour mesurer le succès de mes activités sur la plateforme sociale Twitter.

Dans ce billet, je vais vous expliquer comme je pourrais m’y prendre pour mesurer le succès de mes activités sur la plateforme sociale Twitter. Comme avec Facebook, je ne possède pas de compte affaire avec Twitter et j’en connais d’ailleurs encore moins sur Twitter que sur Facebook. C’est pourquoi dans ce second billet qui traite sur la mesure de nos activités sur Twitter, je vais encore une fois résumer le résultat de ma recherche parmi des articles de blogues, livres et autres sur comment on peut arriver à déterminer la performance de nos actions sur la plateforme sociale Twitter. Je dois aussi vous avouer que Twitter semble disposer de beaucoup plus d’outils que Facebook pour mesurer les résultats de nos activités sur cette plateforme.
Tout d’abord, dans le livre How to Measure Social Media ROI : An Easy 5-Step Plan To Track, Measure And Report Return on Investment for Facebook, Twitter… par Andrew Macarthy on peut lire que Bit.ly (http://bit.ly) n’est pas juste un outil pour réduire les Url, mais c’est aussi un des plus populaire et outil utile pour aider les marketers à tracer le succès des liens qu’ils postent sur Twitter, puisque cet outils permet de voir le nombre de clics, de partage, quels site web ont été les top référents de vos liens sur Twitter et de quel pays les visiteurs viennent.
Un autre outil très intéressant pour mesurer notre présence sur Twitter est TwitterCounter, cet outil permet de voir la croissance des abonnés au compte Twitter de l’entreprise, le nombre de nouveaux abonnés par jour et recevoir des prévisions sur la croissance de votre nombre d’abonnés dans le futur.
Les Hashtags sembleraient être un autre outil très utile pour récupérer des données sur notre performance sociale. Avec le Hashtracking il est possible de suivre le chemin de nos hashtags et de les analyser. On peut aussi générer un rapport pour n’importe quel Twitter hashtag, obtenir un tableau de qui on a rejoint avec nos hashtags, voir le cheminement de notre campagne et calculer son influence. On peut aussi recevoir de l’information sur les conversations qui deviendront prochainement des sujets chauds sur la plateforme sociale Twitter.
Topsy est un engin de recherche qui permet de connaître les conversations qui ont réellement de l’influence sur la plateforme sociale Twitter. Aussi, c’est un outil qui permet de connaître ce qu’on dit sur nous en ligne.
On peut résumer ici, que même si Twitter possède une panoplie d’outils pour mesurer la performance de nos activités sur cette plateforme, il reste que comme Facebook nous cherchons pour l’instant à toujours mesurer les mêmes métrics soit: le nombre de retweet, le nombre de conversation à propos des tweets, sont-elles positives ou négatives, accompagnés d’une historiques pour comparer l’évolution de ces deux métrics au fil du temps, comprendre les sujets chauds qui ont permis à la marque de gagne plus de visibilité pour répéter ces actions. L’engagement des abonnés qui sont les influenceurs, qui sont les participants les plus actifs, qui sont les visiteurs uniques ou quelle est la portée des conversations? Rechercher les sujets de conversations les plus populaires qui pourraient être bénéfique pour l’entreprise qu’on représente sur Twitter. Quel est le pourcentage des ventes ou autres conversions que notre présence sur la plateforme sociale Twitter nous permet d’accomplir.
Pour conclure, Twitter semble être plateforme rempli de potentiel pour faire connaître une entreprise.

Billet 6- Comment mesurer ses activités dans les médias sociaux

Billet 6

Dans ce billet, je vais vous expliquer comme je pourrais m’y prendre pour mesurer le succès de mes activités sur la plateforme sociale Facebook. Je dois premièrement vous avouer que je n’ai pas de page Facebook affaires, c’est pourquoi en écrivant ce billet je vais me fier à des articles et blogues trouver sur la toile. Selon le blogue Quintly.com les 5 KPI (Indicateurs de performances) sur lesquels il est le plus important de focuser sont le J’aime, qui serait selon l’auteur de l’article la métrics la plus utilisé et aussi la première métrics que Facebook aurait créé à ses débuts. La deuxième métrics la plus populaire serait le nombre de gens qui parle du contenu, selon mon propre opinion je ne crois pas que ce soit une métrics qui soit autant importante pour les détenteurs de page Facebook affaires puisqu’en général on constate que le nombre de personnes qui parlent du contenu est en général extrêmement bas face à ceux qui partage le contenu avec la mention J’aime. En exemple, sur la page Facebook du populaire restaurant Chambar on retrouve 4883 J’aime avec 507 personnes qui parle de la marque sur la plateforme sociale, sur la page Facebook de Adobe Photoshop on retrouve 5,498,450 J’aime et 27,033 personnes qui parle de la compagnie (par contre, la compagnie la compagnie à une section dédié à la réponse de problèmes techniques), sur la page Facebook de Starbuck on retrouve 35,347,454 J’aime et 89,274 qui parle de la marque et on pourrait continuer ainsi de suite pendant des heures, pour confirmer qu’il y a toujours plus de J’aime que de personne qui parle de la marque, il est vrai quand on y réfléchit qu’il est beaucoup plus facile d’obtenir un J’aime face à quelqu’un qui mention un commentaires à propos de sa marque. Il est vrai par contre, que cette métric comme la mention J’aime est public et qu’elle donne la possibilité d’en apprendre un peu plus sur la position des concurrents d’une entreprise. La troisième métric qui serait très importante selon le blogue Quintly.com serait le taux de croissance des adeptes de la page Facebook de l’entreprise. Il est vrai qu’il est intéressant de voir selon le taux de croissance qu’elles sont les activités, les sujets ou les publicités qui ont amenée plus d’abonnés, en étudiant cette métrics on peut déceler les facteurs qui sont responsable de la croissance des adeptes de la page et les répété de nouveau pour augmenter la croissance positive du nombre d’abonnés de la page Facebook de l’entreprise. Je dois vous avouer n’êtes pas d’accord avec les deux dernières métrics que l’auteur de l’article dans le blogue qualifie de quatrième et cinquième métrics les plus importantes. Elles ont leur place par contre plus on analyse de métrics selon mon opinion propre, plus on est en mesure de bien comprendre les facteurs qui ont déclenchés tels avancement positifs pour la compagnie qu’on représente sur Facebook. C’est pourquoi je crois qu’il est aussi important d’analyser les métrics suivantes sous tous les angles possibles.
Au niveau d’une présence social en utilisant les outils payants de Facebook :
• CTR (Nombre de clics/Impressions) le nombre de fois qu’un internaute a cliqué sur une publicité sur le nombre de fois que la publicité est apparue. Ici, il est important de réfléchir aux points suivants lorsqu’on essaye d’améliorer notre CTR, quel est le rapport entre les facteurs qui ont influencé l’influenceur à cliqué sur notre annonce et notre nombre de clics, soit notre CTA (Call to action) insiste-il à l’action ? Il serait bien d’en tester plusieurs, pour voir quel Call to action est le meilleur. D’autres facteurs qui pourraient influencé l’internaute serait le design de la page d’atterrissage, ou de la photo ou vidéo qui accompagne l’annonce. Le public cible est-il adéquat ou pourrions-nous être plus précis? Est-ce que le message publicitaire vient vraiment répondre aux besoins du public cible?
Selon Double Click, en 2010 le taux de clic se situe en moyenne entre 0,05% et 0,26 %.

• CPM est le coût par mille impressions où les coûts de la publicité sont déterminée par des impressions plutôt que de cliquer sur les coûts. On m’a mentionné dans un cours d’Adword que le nombre d’impressions étaient davantage utilisé pour du Branding.

• Taux de conversion, ce sont les clics sur les annonces qui se traduise résultat, en exemple une commande, un enregistrement ou un appelle.

• Coût par visite, pour comprendre ce que chaque ce que la campagne de marketing coûte pour chaque visite, pour nous permettre de mieux comprendre ce qui est rentable et ce qui ne l’est pas.

• Coût par conversion, (vente, lead, inscription et etc…) pour comprendre comment ça coute pour effectuer une vente. Ici, il est important de toujours essayer de baisser ses coûts.

• Le nombre de nouveaux visiteurs

• ROI (Retour sur investissement marketing)

• Le score de qualité de l’annonce

• Historique de votre compte

• Performances géographique, la performance de la campagne dans une région spécifique.

• Et etc…
Au niveau d’une présence social en utilisant les outils gratuits de Facebook :
• L’engagement du public, la proportion des visiteurs qui participent aux conversations et qui partagent des vidéos.
• Le taux de conversion, soit le nombre de ventes, d’inscription, de lead et etc…
• Le nombre de participants actifs, le nombre de groupe défini de clients que l’entreprise peut s’appuyer sur pour réaliser ses messages à travers les médias sociaux.
• Mesurer le nombre d’influencer, les classer selon leur influence et des caractéristiques communes, puisqu’un bonne campagne va s’appuyer sur des gens qui vont amplifier la voix de l’entreprise à travers les médias sociaux au nom de l’entreprise.
• Les pourcentages de sentiments positifs et négatifs envers la marque, au cours du temps et face à ses compétiteurs.
• Etc…
Pour conclure, il y a déjà plusieurs façons de mesurer les activités qui sont réalisées sur la plateforme sociale Facebook, et je suis certaines qu’aux cours des prochaines années il y en aura encore plus qui vont se développer, ce qui permettra aux animateurs de communauté de faire comprendre leur valeur auprès de l’entreprise pour laquelle il travail.

Source

http://john.webanalyticsdemystified.com/2010/04/22/new-research-on-social-marketing-analytics/.
http://www.quintly.com/blog/2013/03/5-most-important-facebook-kpis/
http://www.kaushik.net/avinash/best-social-media-metrics-conversation-amplification-applause-economic-value/
http://technorati.com/social-media/article/state-of-the-blogosphere-2011-introduction/
http://www.radian6.com/blog/2009/02/a-social-media-best-practice-the-value-of-growing-your-share-of-conversation/
http://www.radian6.com/resources/library/5-steps-to-effective-social-media-measurement/.

Billet 8 – Comment je m’y prendrais pour mesurer mes activités de bloguage!

Dans ce huitième billet je vais vous présentez comment je m’y prendrais pour mesurer le succès de mes activités de bloguage.
Selon le site web Techncrati.com le monde du bloguage est en constante évolution et il pourrait être séparé en 4 catégories : les amateurs qui représenteraient 60% des blogueurs, les blogueurs professionnels ou à temps partiel qui représenteraient 18% des blogueurs, les blogueurs culturels qui représenteraient 8% des blogueurs et les entrepreneurs qui représenteraient 13 % des blogueurs.
Dans un article des affaires.com on mentionne qu’entre on affirme qu’entretenir un blogue c’est fort dispendieux pour une entreprise c’est pourquoi il est important de bien comprendre les indicateurs de performance pour mesurer les retomber de ses investissements dans la bloguesphère. Comme déjà mentionné ce n’est pas le nombre d’abonnés qui comptent mais la portée du contenu qu’on publie qui compte.
Tout d’abord, il est important de se fixer des objectifs sur le message qu’on veut faire passer par son blogue, pour évaluer l’atteinte de ceux-ci et rester consistent dans ses publications. De plus, comme mentionné dans le cours 8 du cours veille et mesures des médias sociaux, mesurer la performance de notre blogue permettra au propriétaire du blogue de déterminer les forces et les faiblesses de son contenu, de connaître les sujets qui intéressent les lecteurs et d’évaluer les stratégies actuels et les futures stratégies qui seront mises en place.
Un premier indicateur est le taux de rebond, cet indicateur peut nous démontrer si le contenu qque nous présentons intéressent les internautes qui viennent sur le blogue. Il peut être intéressant de comparer les taux de rebond des différents articles en les classant par thème, pour se concentrer sur les thèmes qui ont un taux de rebond le moins élevé. Un deuxième indicateur est le nombre d’abonné à l’infolettre et au flux R.S.S, ici il est aussi intéressant de segmenter ses abonnées pour connaître davantages leurs besoins et ce qu’ils viennet chercher sur le site. On peut segmenter les abonnés par nombre de consommation du contenu diffsué, soit les abonnés qui vont consommer le contenu régulièrement face aux abonnés qui vont consommer le contenu occasionnellement. Une troisième métric peut-être le nombre de participation, soit le nombre du partage du contenu dans les médias sociaux via les principales plateformes : Facebook, Twitter, Linked In etc… le nombre de commentaires que les article du blogue vont susciter et bien sur le nmbre de commentaires positifs face aux commentaires négatifs. Aussi, il ne faut pas oublier de cibler les nfluenceurs dans nos abonnés et de profiler ces influenceurs. De tracer un profil des plus grands consommateurs de notre cntenu et des consommateurs occasionnel de notre contenu et de les comparer pour en ressortir les caractéristiques distinctes peut s’avérer trèes utile aussi. Un quatrièeme point comme mentionné plus haut on peut évaluer le coût de possesion du blogue et le retour sur investissement, puisque même si les blogues et les médias scoaiux sont cnsidéré comme des médias gratuits, il y a un coût pour entretenir ceux-ci : (hébergement, le gestinnaire du blogue (son temps ou son salaire, les outils de mesure, les frais de promotion)) Soit ici on peut calculer les ventes générées par le blogue moins les coûts.
Bref, voici comment je m’y prendrais pour mesurer le résultat de mes activitées de bloguage. Et vous comment vous vous y prendredriez ?

Billet 5- Liste d’indicateurs de performance

Dans ce cinquième billet, je vais vous présentez plusieurs indicateurs de performance. Selon Wikipédia les indicateurs de performance (ICP) sont des indicateurs mesurables d’aide décisionnelle. Soit un KPI permet de répondre aux objectifs suivants : évaluer, diagnostiquer, communiquer, informer, motiver et assurer un progrès continu.[1]

CTR (Clics\impressions)

Comme premier indicateur de performance on pourrait parler du CTR en exemple dans Linked In on peut commanditer des nouvelles sur notre entreprise et payer au nombre de clics sur impressions.

Formule : CPC = ([Total Impression] x [CPM]) / (1000 x [Clicks])

CPM (Cost per mille impressions)

Le coût par mille impressions est lorsque la publicité a été montré 1000 fois on paie, cette forme de publicité est davantage utilisée pour  le branding (soit augmenter la valeur de l’image de marque de l’entreprise)

Formule : CPM = ([CPC] x [clicks] x 1000) / [Total Impressions]

Conversion Rate

Le taux de conversion, dans un contexte de publicité, ce sont les clics sur les annonces de pourcentage qui se traduisent par un résultat, soit une commande, une inscription, une demande de catalogue ou etc…

Formule : [Orders, Lead or Registration] / [Clicks]

Coût par visite (ou visiteur)

Ici, on mesure le coût par visite pour comprendre ce que la campagne marketing a coûté pour chaque visite (ou visiteur). Cette mesure permet de mettre en perspective le budget marketing, de comparer chaque tactique et de déceler celles qui sont les moins rentables des plus rentables. De plus, l’objectif de l’entreprise devrait être de réduire notre coût par visite (visiteur) et d’augmenter le revenu par visite (visiteur).

Formule: [Dépenses de marketing] / [Visites ou Visiteurs]

Taux de rebond

Taux de rebond, le nombre d’internaute qui ont vu la page et qui sont ressorti du site web immédiatement. Un bon taux de rebond est entre 40 et 60%.

Pourcentage du chiffre d’affaire

Quel pourcentage du chiffre d’affaires de l’entreprise est généré par les médias sociaux.
Formule: [Social Revenu Médias ] / [ Chiffre d’affaires total ]

Le pourcentage du nom de la marque mentionné dans les médias sociaux.

Le nombre de fois ou le pourcentage de mentions du nom de la marque dans les différents médias sociaux (c’est-à-dire blogues, Facebook, Twitter, etc…) On peut comparer les différentes plateformes sociales pour voir si le nom de la marque est mentionner plus souvent sur une plateforme sociale qu’une autre et on peut aussi les segmenter selon d’autres caractéristiques : sexe, âge, croyances etc… On peut aussi comparer le pourcentage des mentions sur une période donné pour voir l’évolution de celle-ci à travers le temps.

Engagement du public

L’engagement du public représente la proportion des visiteurs qui participent aux discussions en contribuant avec des commentaires, des partages ou autres… Ici, on peut comparer l’engagement du public par thème, cette comparaison peut aussi nous aider à comprendre les sujets qui suscite le plus d’engagement avec l’auditoire.

Nombres de visiteurs uniques qui participent

Ici on calcule le nombre de visiteurs uniques qui participent aux conversations de la marque, dans le but de comprendre la portée d’une campagne pour aider à optimiser les efforts, accroître la visibilité et la portée dans une tentative pour engager un plus large public .

Formule: [ Nombre total de uniques participants] / [ Exposition totale ]

Nombres de participants actifs

Il paraîtrait que dans une campagne de médias sociaux l’entreprise peut toujours compter sur un groupe défini de clients de l’entreprise pour partager ses messages à travers les médias sociaux.

Formule: [ Participants actifs durant les 30 derniers jours ] / Total des participants

Les sujets qui sont tendances

Ici on essais de repérer les sujets ou thèmes qui sont populaires et pertinents pour l’entreprise, soit en surveillant les conversations dans les médias sociaux, en surveillant les mots clés  ou groupe de mots-clés les plus recherchés dans Keyword Planner ou autres…

Nombres de sentiments positifs et négatifs

Comparer le nombre de sentiments positifs face au nombre de sentiments négatifs. Dans social mentionon retrouve facilement cette donnée. Surveiller cet indicateur peut permettre aux entreprises de déceler rapidement des problèmes et être en mesure de réagir rapidement.

Formule: [ Marque positif ou neutre ou négative mentions] / [ Toutes les Marques mentions]

Médias sociaux ventes et recettes

Quel pourcentage du chiffre d’affaires total de l’entreprise est généré par les médias sociauxvrait se faire sen ? Avec le temps les résultats d’une présence sociale devrait amener une augmentation du pourcentage du chiffre d’affaires. Avec analytics il est posisble de voir les internautes qui accèdent au site web par les médias sociaux, si le site est transactionnel, il est possible de voir le pourcentage d’internautes provenant des médias sociaux qui vont effectuer une action d’achat. Il est important de mettre en place des indicateurs sur le site web qui permettent èa l’entreprise de voir d’oà provient le traffic, en exemple on peut mettre un bouton qui demande d’être rappeler, ce bouton aura comme objectif d’offrir un service plus rapide aux clients et aussi de mesurer la provenance du traffic.

Formule: [ Social Revenu Médias ] / [ Chiffre d’affaires total ]

Comparer les caractéristique de l’internaute qui a effectué l’achat avec celui-qui n’a pas effectué l’achat.

Voir qu’elles sont les caractéristiques communes des internautes qui ont effectué les achats ou l’action espérée avec les internautes qui n’ont pas effectué l’action espérée.

Pour conclure, étant donné le nombre maximum de 1000 mots pour ce billet je vais devoir arrêter ici, par contre il y a encore plusieurs autres indicateurs de performances qu’on peut utiliser pour nous aider a mesurer les résultats de la présence sociale d’une entreprise.

Billet 3 – L’importance d’effectuer une veille concurrentielle!

Billet 3 – L’importance d’effectuer une veille concurrentielle.

Aujourd’hui, en 2013 la concurrence est de plus en plus compétitive. Il a toujours été important de bien connaître ses compétiteurs mais je crois qu’au 21ème siècle avec toutes les avancées technologiques, il est devenu primordial de bien connaître les faits et gestes de ses concurents. Dans ce billet, je vais vous parler de différents aspects qui peuvent être une source importante de données sur sa concurrence. Tout d’abord, il ne faut pas évaluer ses concurrents face aux nombres d’abonnés qu’ils possèdent sur les plateformes sociales. Il est bien sûr intéressant de voir le nombre d’abonnées qu’un concurrent possède mais il faut voir plus loin puisque même si une compagnie possède un nombre innombrable d’adeptes de sa marque, sa position sociale n’est peut-être autant enviable qu’il pourrait paraître. En exemple, en utilisant Wilfireapp, un merveilleux outil que je viens de tout récemment découvrir, il est possible de voir la position de différents concurrents dans les médias sociaux. Pour ce billet, j’ai décidé de comparer 3 compagnies : Expédia, Trip Advisor et Voyage à Rabais. On constate dans les résultats que nous offre Wilfireapp, malgré le faits que les trois compagnies possèdent  un nombre innombrables d’abonnés, une seule semble créer un réel intérêt envers sa marque. Comme vous pouvez voir dans le graphique ici-bas, la seule compagnie qui semble vraiment susciter un intérêt envers le contenu qu’elle produit dans les médias sociaux est Expédia.

wifireapp

Ce graphique nous démontre qu’il y a plusieurs autres facteurs que nous pouvons surveiller qui nous permettent de mieux comprendre nos concurents. Les idées énumérées ici-bas proviennent du site web John.webanalyticsdemystified.com. [1]

Share of voice

Soit comme mentionné plus haut ce n’est pas le nombre d’abonnés qui compte, mais plutôt le nombre de partage de contenu. Il est encore plus intéressant aussi de segmenter le partage de contenu. Soit comme mentionné en anglais share of voice soit le pourcentage du nom de la marque qui est mentionné sur les plateformes sociales sur un certain nombre de temps pour permettre de bien mesurer l’évolution de ce facteur.

Share of conversion

Ici, on mesure le nombre de fois que la marque est associée a un problème ou un besoin qu’elle a résolue.

  • Soit est ce que le produit ou service offert  èa résolu le problème ou le besoin qu’il est supposé résoudre ?
  • Comment les internautes discutent de ces besoins ou des ces problèmes en ligne?
  • Lorsque ces problèmes sont abordés est ce que la marque est en premier plan dans les conversations ?

Le niveau d’engagement de l’audience

Ici on mesure la proportion des visiteurs qui participent aux conversations, en contribuant avec des commentaires  ou des partages. Comme au premier et deuxième point il est important de mesurer ce facteur sur une certaine periode de temps. Aussi, on peut comparer le niveau d’engagement par thème pour comprendre qu’elles sont les thèmes qui suscitent les conversations.

Puisqu’une bonne communication sociale s’appuie sur les internautes qui vont amplifier la voix de la marque èa travers les différents canaux sociaux. On peut aussi calculer le nombre de visiteurs uniques, et les visiteurs récurrents, qui participent aux conversations d’une marque, encore une fois selon les différents thèmes. De plus, on peut essayer de voir la porter de chaque message. Aussi, il peut être intéressant avec social mention de calculer le nombre de mentions positives face au nombre de mentions négatives. Sans oublier, un aspect très important repérer les influenceurs parmi les abonnés : (Qui sont ceux qui créer le plus de traffic vers votre marque? Qui sont ceux dans votre industrie qui créer le plus de partage de contenu? etc…)

Pour conclure, il est trèes important d’effectuer une veille concuurentielle pour s’assurer de bien connaître ses concurrents et de créer pour son entreprise un réel avantage compétitif. Les ssuggestions dans ce billet ne sont qu’un début de la segmentation précise qu’on peut effectuer dans les médias sociaux pour obtenir ces précieuses données.